Plus d’une décennie après son lancement, qui a révolutionné les remboursements entre amis, Lydia change d’ambition et entend bien devenir la première banque numérique européenne d’ici à 2030. Un changement de cap qui se caractérise par un nouveau nom : Sumeria.

Mais que signifie cette nouvelle direction pour Lydia pour les clients ? On fait le point sur la révolution de Lydia, désormais renommée Sumeria.

Une nouvelle étape majeure pour Lydia

Dans son communiqué de presse, l’entreprise souligne, à juste titre, que les consommateurs européens n’ont aucune marque bancaire grand public commune. Lydia Solutions a l’ambition de devenir cette marque fédératrice sur tout le Vieux-Continent. Ce qui explique un changement colossal pour son application de paiement. Oubliez Lydia, et souhaitez la bienvenue à Sumeria.

Pour cette révolution, il n’y a pas que le nom qui change. Le logo et les couleurs de la marque ne sont plus les mêmes. Un gros changement qui est un gros risque puisque cela pourrait perdre quelques clients. Surtout que l’expression “se faire un Lydia” est maintenant répandue.

Après avoir conquis près d’un Français sur deux âgés de 18 à 35 ans, Lydia se lance un défi d’envergure. Depuis son lancement, Lydia a beaucoup évolué. Si l’application française permettait de rembourser nos amis en ayant juste besoin du numéro de téléphone en 2013, de nouvelles fonctionnalités ont vu le jour au fil des années. L’année dernière, Lydia s’attaquait au compte courant tandis qu’il y a quelques semaines, l’entreprise dévoilait une nouvelle application Lydia exclusivement centrée sur son thème historique des paiements entre particuliers et des cagnottes.

Aujourd’hui, Lydia Solutions se lance à la conquête de la banque de dépôt. L’idée est d’offrir aux Français, mais aussi aux Européens, les services bancaires “qu’ils méritent et attendent”. Rien que cela ! Sumeria propose un compte en ligne simple, rapide et élégant, correspondant à ce que veulent vraiment les clients, particulièrement les utilisateurs âgés entre 18 et 34 ans, cœur de cible de l’entreprise.

Sumeria perpétuera ce qui a fait le succès de Lydia : une technologie discrète, un design accessible, une application intuitive, des messages sans jargon et donc faciles à comprendre. Sumeria profite également d’une organisation et d’un modèle économique qui lui permettent de bien servir les particuliers.

Il ne manquait plus que la banque de dépôt pour que Lydia (désormais Sumeria) soit un service financier vraiment complet. L’objectif est de simplifier l’expérience des utilisateurs, ce qui a toujours été au cœur des préoccupations de l’entreprise. Dans les trois prochaines années, Sumeria a pour but d’investir plus de 100 millions d’euros, de séduire 5 millions de nouveaux clients, de recruter 400 salariés, d’obtenir l’agrément d’établissement de crédit et de conquérir l’Europe. Un sacré programme, donc.